Inscrivez-vous à notre newsletter

La presse en parle

AFDV_Mirages_02-page-001

Des mirages plein les poches

De Gilles Marchand

Collection : Fiction

Retour à la fiche du livre

« Gilles Marchand a collé sa main dans la mienne et on a bourlingué ensemble, à travers ces quatorze nouvelles. J’ai eu des surprises, de la folie douce, du carrément glauque et de l’onirisme à boire à même le goulot. Au travers des pages, j’ai appris que ça pouvait exister, des bons pères. De ceux qui montent sur le manège avec toi et ne te lâchent pas la main, ni le regard.

C’est lumineux, intelligent, festif, éclatant, foutraque, bouleversant et malicieux. Ça forme un Tout qui forme Gilles.

Et c’est beau. »

« Les nouvelles c’est pas mon truc. Oui mais voilà, quand elles sont écrites par Gilles Marchand, c’est pas pareil.

Cet écrivain a une façon bien à lui de nous laisser pénétrer dans son univers et ces pages me semblent faire un merveilleux écho à ses deux romans, surtout à « Une bouche sans personne » qui m’avait tant remuée.

Douceur, nostalgie, tristesse, folie, amour filial, inadaptation sociale, solitude, blessures, fantaisie… Ces courts textes se superposent magnifiquement et me font espérer un troisième roman éblouissant (non, non, Gilles, je ne te mets pas la pression).

Ma nouvelle préférée : « Deux demi-truites ». Amis lecteurs, j’ai hâte de connaître la vôtre.

Heureuse de pouvoir bientôt défendre ce recueil à la librairie. Plus que deux semaines à attendre ! »

« C’est fin, c’est tendre, c’est humain, mais c’est surtout poétique. La vraie poésie. Celle qui débusque le laid dans le vernis du beau, et le très beau dans l’écorché du laid. C’est un grand romancier (ça on me l’a dit) mais je peux certifier que c’est avant tout un grand poète.  Un « espion de Dieu sur Terre ». C’est superbe. Vraiment superbe. « 

« Le sujet de chaque nouvelle est tout simplement l’humanité. Personnage après personnage, Gilles Marchand détricote ce qui fait de nous des êtes si complexes. L’amour tient dans cet ouvrage une place importante. On y trouve aussi de l’amour filial. A chaque fois, avec beaucoup de bienveillance et de poésie, l’auteur nous amène à sourire et réfléchir. » (la suite ici)