Inscrivez-vous à notre newsletter

La presse en parle

un-an-couv

Un an

De Antoinette Ohannessian

Collection : Hors collection

Retour à la fiche du livre

Le lundi 30 avril 2012, Marie Richeux a reçu Antoinette Ohannessian, auteur de Un An dans l’émission Pas la peine de crier, sur France Culture. Voici l’enregistrement de cette émission.

Antoinette Ohannessian est intervenue le 15 juillet 2012 à l’Institute of Contemporary Art d’Erevan en Arménie. [Vidéos disponibles sur cette page.]

 

 

« Quel beau come-back ! Voilà plus de 6 ans que l’on n’avait pas vu le travail d’Antoinette Ohannessian. Celle qui s’était fait spécialité de sculpter les mots poursuit ses poèmes existentiels, mais c’est désormais la vidéo qu’elle a choisie pour partager sa quête. Même profondeur de la pensée, qui s’affiche l’air de rien. Même interrogation sur la présence de l’artiste au monde. [...] c’est avec le monde qui va mal qu’elle entre en conversation : journal intime tenu pendant un an, où elle confronte son être à l’actualité qui tombe au même instant sur les téléscripteurs [...] Comment affronter le monde avec nos maigres mots ? L’artiste s’attelle à trouver une réponse en se servant du verbe pour être là, tout simplement. »(Emmanuelle Lequeux, dans le Quotidien des arts, numéro 212, 20 mars 2012, page 4)

« S’appuyant également sur Wittgenstein et sa maxime « il faut passer de l’explication à la simple description », Antoinette Ohannessian tend à donner une profondeur au regard, se servant des mots pour donner corps et matière au verbe « voir ». Elle cherche également à « éduquer » notre perception en présentant ses œuvres et réalisations dans un cadre épuré, débarrassé du superflu dans un souci constant de justesse et d’objectivité. [...] Aborder le travail de cette artiste n’est autre que se confronter nous-même à notre propre regard, en cherchant des évidences qui auraient pu nous échapper. Ces « signes » que l’artiste nous livre presque bruts permettent d’aller au-delà des apparences et donnent à terme à ces phrases, un statut d’œuvre. » (Ombeline Duprat dans ParisArt)