Inscrivez-vous à notre newsletter
Aux forges de Vulcain > Actualités > Actualités > 5 bonnes raisons de lire Prométhée vagabond, le premier roman d’Alexis David-Marie

5 bonnes raisons de lire Prométhée vagabond, le premier roman d’Alexis David-Marie

Les Éditions Aux forges de Vulcain vous donnent cinq bonnes raisons de lire Prométhée vagabond, le premier roman d’Alexis David-Marie.

1024px-Dancers_with_a_Flute_and_Tambourine_LACMA_M.61.2.10

Premier roman d’Alexis David-Marie, Prométhée Vagabond raconte les aventures de Paul et Larpenteur, deux pécheurs partis sur les routes d’Europe dans un XVIIesiècle de boue et de neige. Au travers de péripéties picaresques, ils sont contraints de confronter leurs croyances aux difficultés du monde. Disciples de Prométhée découvrant le feu abandonné, ils s’interrogent sur l’usage à en faire : une lumière à répandre, ou un incendie à propager?

Voici 5 raisons de lire Prométhée vagabond :

C’est un véritable roman picaresque, plein de bruit et de fureur, qui se place dans une tradition aux ancêtres prestigieux : Scarron, Francion, Grimelshausen, Voltaire… où les héros visitent l’Europe, de péripéties en péripéties. Tempêtes en mer, brigands, conditions climatiques difficiles, c’est le Monde dans toute sa dureté qui s’oppose aux Héros. C’est de plus une très belle histoire.

C’est une formidable histoire d’amitié qui se noue entre ces deux personnages que tout oppose. Malgré les controverses, les difficultés de la route et les divergences de conception du monde, les destins des deux hommes se nouent inextricablement. A mesure que le sort s’acharne sur eux, on se prend nous-mêmes d’amitié pour ces deux esprits libres.

C’est un roman construit autour d’un questionnement philosophique atemporel, pertinent, et qui trouve une expression abordable grâce aux mécanismes romanesques, grâce au style de l’auteur : Comment penser le monde quand on doit en subir toutes les difficultés ? Les croyances, les belles conceptions résistent-elles à l’épreuve de la route ?

Le roman se déroule au XVIIe siècle, non pas un décor de carton pâte, mais une véritable reconstitution historique, belle, étoffée, sans jamais être pédante ou professorale.

Parce que c’est un premier roman superbement écrit et qui laisse apercevoir toute la force, le style et la personnalité d’un auteur.