Inscrivez-vous à notre newsletter
Aux forges de Vulcain > Actualités > Actualités > Le manifeste de la fiction

Le manifeste de la fiction

Les Editions Aux forges de Vulcain publient des romans. Chacun de ces romans est un échantillon d’un idéal. Voici les caractéristiques de cet idéal.

AFDV - LE MANIFESTE DE LA FICTION v1

Lecteur, lectrice,
Auteur, autrice,

Les Editions Aux forges de Vulcain cherchent à faire émerger de nouveaux textes. Voici les traits que nous cherchons dans ces textes de fiction.

Si tu es lecteur, tu sauras désormais ce que tu peux trouver dans les romans qui sortent de la Forge.

Si tu es auteur, tu sauras désormais ce que tu peux nous proposer.

Les Forges

 

  1. Tu raconteras une histoire. Un bon roman, c’est une bonne histoire. Dans cette perspective, renoncer à l’illusion de la fiction nous apparaît comme une erreur. La fiction permet la participation imaginaire, et non seulement intellectuelle ou verbale du lecteur. La fiction permet l’immersion du lecteur – et sa transformation radicale. Le cinéma et la télévision ont affiné notre sens de la fiction – et notre maîtrise des codes du scénario. Ces codes et usages sont connus : enjeux dramatiques, enjeux thématiques, incident déclencheur, résolution. Ils s’apprennent.
  2. Tu raconteras avec style. Un bon roman, ce n’est pas qu’une bonne histoire. C’est un scénario qui se réalise dans une langue ouverte à la découverte poétique. Le roman a ses moyens expressifs propres, qui permettent d’enserrer le réel dans une histoire et un style.
  3. Tu auras quelque chose à dire. Il faut avoir quelque chose à dire. La virtuosité ne suffit pas. Il faut du temps pour lire un roman, encore plus pour l’écrire. Croire au roman, c’est aussi croire à sa capacité de description et de transformation du réel.
  4. Tu refuseras les catégories éditoriales. La littérature générale manque d’imagination. La littérature de genre manque d’ambition littéraire. Il faut de la littérature générale avec de l’imagination, de la littérature de genre avec de l’ambition.
  5. Tu t’adresseras à ton lecteur. Il peut être tentant d’user de la fiction comme d’un moyen d’expression pour dire au monde ce qu’on a à lui dire. Mais pourquoi ne pas, tout simplement, dire à ses proches ce que l’on ressent, et laisser le roman en paix ? Devenir romancier, c’est arrêter de s’exprimer, pour commencer à raconter.
  6. Tu n’enfreindras toutes ces règles que si c’est pour faire quelque chose de grand. Sinon, tu les suivras scrupuleusement.

Des questions? Des remarques?

Rejoins-nous sur la page Facebook des Forges pour nous dire ce que tu penses de ce manifeste.