Inscrivez-vous à notre newsletter
Aux forges de Vulcain > Actualités > Actualités > Sortie du roman UNE BOUCHE SANS PERSONNE

Sortie du roman UNE BOUCHE SANS PERSONNE

Le premier roman de Gilles Marchand, Une bouche sans personne, est disponible en librairie.

Gilles Marchand en librairie 1

Le premier roman de Gilles Marchand, Une bouche sans personne, est disponible dans toutes les librairies depuis le 25 août 2016. Les libraires aiment ce beau roman. Voici une sélection de leurs avis. Pour en savoir plus sur ce roman, rendez-vous ici.

« Original, drôle, tendre, décalé, Une bouche sans personne est une petite pépite à découvrir absolument. » Anne-Sophie, Espace Culturel Leclerc Océane, à Rezé.

« Et puis voilà. Tu tournes les pages, avances parmi des personnages attachants et singuliers dans un roman à la fois drôle, loufoque, touchant et émouvant. Un bel hommage à la littérature et à la rêverie. » Delphine, Librairie AB, à Lunel.

« Merci de m’avoir fait découvrir cette petite merveille. » Line, Librairie Le Furet du Nord, à Douai.

« Une magnifique découverte. Un premier roman pudique, poétique, humain, amical, drôle et douloureux aussi, servi par une plume allègre et ciselée. Un univers original mais qui aurait cependant la chaleur et l’humanité d’une chanson écrite à quatre mains par Vian et Brassens. » Valérie, Librairie Le Divan, à Paris.

« Un superbe roman protéiforme entre poésie, l’absurde (on pense à Topor), la fantaisie (là à Boris Vian). […] Bravo ! » David, Cultura à Chambray-lès-Tours.

« Un p’tit bijou !!!!! » Myriam, Hall du Livre, à Nancy.

«Quand la gorge se noue, que la mémoire devient trop violente, c’est la fantaisie qui prend le relais. Celle qui permet de dire sans trop heurter. On croise alors des éléphants crevés, des mouches danseuses, des tziganes, des voisins spéléologues, des bus de touristes venus écouter sur fond de Beatles, ce que cache cette écharpe détricotée. Bien sûr on entend dans ce roman des notes du piano-cocktail de Boris Vian, le funambulisme oulipien de Perec et Calvino et la gouaille de Gary (en plus des pythons). » Aurélie, Librairie Page et Plume, à Limoges.

« Très beau » Charybde Sept, Librairie Charybde, à Paris.

« J’ai adoré « Une bouche sans personne », son atmosphère déjantée à la « Big Fish » et en même temps si profonde. C’est très original et ça fait du bien. » Maryline, Librairie du Comptoir, à Santiago (Chili).

« Merci, merci pour cette lecture originale, émouvante, loufoque, très riche en style, en imagination, entre sourires et larmes… Un grand coup de cœur ! Bravo, bravo monsieur Marchand ! » Blandine, Librairie des Canuts, à Lyon.

« Il est plus que bien ce bouquin, j’adore! » Charlyne, Librairie Lulu, à Mornant.

« Je viens de lire Une bouche sans personne que j’ai trouvé excellent. Cet univers poétique, sombre et drôle participe bien au mystère de cette bouche dont la cicatrice marque le traumatisme des pages sombres de l’histoire. » Roland, Gibert Joseph littérature.

« J’ai ADORE ! Une belle folie, beaucoup de poésie qui change notre univers, les travers d’un quotidien aseptisé rendu drôle par tant de détails. Un roman qui fait rêver mais pas que, un roman dur, par cette cicatrice physique et mentale que porte cet homme et par son histoire… mais belle par la solidarité qu’il trouve. » François, Le Livre et la tortue, à Issy-les-Moulineaux.

« Merci encore pour ce roman qui a apporté avec lui une splendide bouffée littéraire » Aurélie, Librairie Acropole, à Nice.

«Merci pour cette découverte. C’est intelligent, c’est drôle, c’est rocambolesque, foisonnant : j’ai adoré cette lecture. Je me suis laissé embarquer par ce mystérieux personnage caché sous son écharpe, par son génial grand-père Pierre-Jean, et par ses amis de bistrot-psycho… j’ai beaucoup aimé ! » Hélène, Cultura, à Labège.

« Ce roman est vraiment fantastique. Il y a du Romain Gary, du Boris Vian, et du Amélie Poulain à l’intérieur. Gilles Marchand mêle avec brio les émotions. Passant de l’humour à la poésie, de la tristesse à l’éclat de rire, du souvenir personnel à l’Histoire, la grande. […] Vraiment un gros gros coup de cœur pour ce roman. » Sandy, Espace Culturel Leclerc, à Auray.

« J’ai souffert de ce qu’on appelle une véritable fièvre de lecture. Pourquoi ? Car ce livre a tout pour plaire. Il détient en lui ce que chaque lecteur recherche en abordant un roman. Un ton à part, un style unique. Et surtout une faculté à nous accrocher, à nous faire vaciller entre sourire et émotion. Je n’en dirai pas plus, sinon qu’il me tarde de partager cette trouvaille avec mes amis, collègues et clients. » Julien Aubert, Cultura.

« Mais quelle merveille que cette Bouche sans personne ! On le dévore avec un sourire collé au visage et les larmes aux yeux. De pages en pages, on se laisse happer dans cet univers rempli de poésie, de tendresse, d’amitié, de magie et d’humour. Un vrai coup de cœur qui va sans soucis trouver sa place sur les tables de la rentrée ! » Agnès, Librairie des Thermes, Bagnères de Luchon.

« Un personnage un peu seul, un peu fou, un peu triste qu’on aime de tout son cœur de lecteur. Au-delà de l’émotion qu’il provoque, le livre est très drôle (les scènes avec la boulangère sont d’anthologie!) » Marie-Laure, Librairie Coiffard, Nantes.

« Gilles Marchand a réussi un roman léger dans le ton, riche de références à Romain Gary, Georges Perec et Boris Vian avec son « petit air mélancolique [qui] cherche une oreille qui pourrait le retenir […] et se précipite hors du métro pour trouver une maison de disque », qui n’est pas sans rappeler En attendant Bojangles. Comme chez Olivier Bourdeaut, cette apparente légèreté cache les blessures les plus profondes, celle de la fameuse cicatrice, et l’imaginaire est l’ultime recours contre l’horreur de la vie et « ces voix qui [les] réveillaient l’un et l’autre au milieu de la nuit ». » Claude Combet, Livres Hebdo.

« Doux, loufoque, doux, drôle, doux, touchant… Doux:-) » Monica, Librairie Comédie, Bordeaux.

« Étonnant, drôle, personnage attachant comme un grand frère qui me raconte une histoire, bref premier roman dont on parlera à la rentrée. » Lydie Zannini, Librairie du Théâtre Zannini, Bourg-en-Bresse.

« J’ai adoré Une bouche sans personne ! Un style et un univers qui m’ont complètement embarquée » Sophie, Librairie La Virevolte, Lyon.

« J’ai souri, j’ai ri et j’ai pleuré. Quel plaisir de lecture, le personnage et son histoire sont hyper attachants ! J’adore la façon dont le banal (et drôle) de la vie quotidienne fait place peu à peu à la fantaisie délirante, au fur et à mesure que le personnage se dévoile, jusqu’à ce qu’on découvre que ce n’était pas si fantaisiste que ça (grandiose). L’émotion vient progressivement, plus on avance et plus on sent qu’on va forcément pleurer et ça ne loupe pas. » Stéphane, Librairie Page 189, Paris.

« Poétique, émouvant, drôle. : un coup de cœur de cette rentrée ! » Audrey, Librairie Jonas, Paris.

« Du mordant, un rien de cynisme, un humour presque noir…et un univers surréaliste presque belge ma foi! Bref un livre unique effectivement, une vraie belle découverte remplie d’émotion et d’imagination. » Gérard, Librairie Libris Agora, Liège.

« Il s’agit là d’une vraie pépite, d’un vrai talent et d’une profonde envie de le faire découvrir et émerger du monceau de romans prévus pour cette rentrée littéraire. Il est beau et enchanteur, subtil et profond, riche et admirable… » Noémie, Librairie Kléber, Strasbourg.

« Si dans un bistrot vous croisez un type avec une écharpe qui raconte son histoire, prenez place, écoutez-le parler de son grand-père, de La conscience de Zeno, d’amoncellement de poubelles en bas de son immeuble, de la vacuité de ses collègues et de son amour pour la serveuse, prenez place, c’est surement un mec bien. Lisez-le: c’est Une Bouche sans personne, de Gilles Marchand, à paraître à la rentrée aux Forges de Vulcain. », Philippe, Le Comptoir des Mots, Paris.

« Le narrateur, comptable de son état, cache le bas de son visage sous une écharpe. Tous les jours il accompli la même routine : travail, dialogue décalé avec la boulangère, sauvetage de la dame au chien sur le chemin du café de Lisa où il retrouve ses amis. Que cache-t-il sous ses écharpes ? Petit à petit il se confie, raconte son enfance marquée par la personnalité fantaisiste de Pierre-Jean son grand-père. L’écriture de Gilles Marchand est un bonheur, il joue avec les mots, les situations et ses personnages tous étonnants et tellement attachants. Une merveilleuse pépite à ne surtout pas rater !! Un ENORME coup de cœur. » Valérie, Librairie Ravy, Quimper.

« Ce roman nous a emportés… dans sa folie, dans son imaginaire, par la musique de ses mots et la magie de son écriture, auprès de ses personnages et par l’immense tendresse qui traverse et emplit son récit. Merci pour ce très beau moment de lecture et pour toute l’émotion qu’elle suscite. » Rémy, Librairie Coiffard, Nantes.

« Un premier roman fantastique qui mêle le réalisme et le merveilleux, on passe de l’humour à la poésie, au récit d’un homme solitaire, à l’histoire de notre pays. » Aude et Magali, Librairie À Livr’ouvert, Paris.

« Un roman plein de fantaisie, dont on devine très vite qu’elle masque une insupportable déchirure. On sourit, beaucoup. En sachant qu’au détour d’une page, ce sont les larmes qui vont l’emporter. Une lecture bouleversante. Un immense coup de cœur ! » Karine, FNAC Nice.

« UN PUR PLAISIR DE LECTURE. Voici notre héros: comptable, vivotant dans la routine, une écharpe lui cachant la moitié du visage. Tous les soirs au bistrot, il retrouve ses amis et la belle Lisa… c’est là qu’il commence à leur raconter son histoire. Très bien écrit, émouvant, drôle et poétique (on pense à Boris Vian..) un récit enthousiasmant! » Pierre, FNAC Vélizy.