Inscrivez-vous à notre newsletter
Aux forges de Vulcain » Nos collections » Fiction » Le dernier jour du Tourbillon

20.00 €

Loading

Le dernier jour du Tourbillon

De Rodolphe Casso

Collection : Fiction


Résumé

Après avoir sabordé sa vie sentimentale, Gus échoue dans un bar : le Tourbillon. Ce rade miteux à la déco ringarde, dernier de son genre dans un quartier en pleine gentrification, est le repaire de Get, pilier du comptoir régnant sur une petite bande d’inadaptés. Il a tôt fait de mettre le grappin sur le nouvel arrivant. Tandis que Le Tourbillon tourne à plein régime, brassant heure après heure la faune du quartier, Gus se laisse enivrer d’alcool et de paroles jusqu’à se libérer de toutes ses frustrations. Mais festoyer avec ceux qui refusent de suivre la marche du monde a un prix. Gus sortira-t-il indemne du Tourbillon ?


Informations

  • Genre : Roman
  • 192 pages
  • Format : 14 x 20 cm
  • ISBN : 9782373057188
  • Date de parution : 16 Juin 2023

 

Une lecture musicale enlevée et sensible par Bouquin Bouquine.

 

« Dans le tourbillon de la nuit », Canal, le journal de Pantin #318, p. 35

 

Le dernier jour du tourbillon de Rodolphe Casso, coup de coeur de Sophie de la Librairie Chapitre3 à Vesoul, France Bleu

 

« L’auteur y met toute sa nostalgie des petits bars parisiens voués à disparaître entre gentrification des centres-villes et destruction programmée des petits lieux de sociabilité. La nostalgie se retrouve dans la culture musicale instillée sur toutes les pages, ça déborde du début à la fin, sans compter tous les passages hilarants ou émouvants sur telle anecdote sortie du fin fond d’une soirée arrosée. Pour le protagoniste, clairement antihéros, comme pour le Tourbillon, la fin est annoncée, mais dure est la chute. »

Denis PIEL – Le Bibliocosme pour Le Mans Culture

 

« La librairie Folies d’encre de Pavillons sous bois a aimé le roman de Rodolphe Casso, LE DERNIER JOUR DU TOURBILLON, et le dit ! Merci ! »

Folies d’Encre, Pavillons Sous-Bois

 

« Un excellent titre, un roman humble, drôle, lucide où la poésie du comptoir brille. Un très beau moment de lecture. »

Sébastien Lagarde, Médiathèques de Meaux

 

« Vous rêvez de terrasses et de bistrots, mais vous êtes au bureau ? Voici un livre pour vous faire tout oublier. Hilarant ! »

Librairie L’Astrolabe à Rennes

 

« J’ai refermé le livre que j’ai lu avec gourmandise et émotion avec le sentiment de laisser les uns et les autres continuer leur bout de chemin comme s’ils existaient vraiment, ailleurs que dans Le dernier jour du tourbillon, parce qu’ils existent, bien entendu, par milliers, et Rodolphe Casso rend un bel hommage à cette partie de la population qui enrichit La Française des Jeux en rêvant d’un monde meilleur qui n’est pas fait pour eux. »

Christophe Gelé, Ce que j’en dis

 

« Rodolphe Casso nous offre un portrait mi-figue mi-raisin de cette France bistrotière biberonnée aux petits canons. C’est drôle et triste à la fois, comme un petit air de musique désuet et mélancolique. Ce texte reste en tête longtemps (et ce n’est pas un mal de tête !), c’est sans doute ça le tourbillon de la vie… »

Céline Housez, rédactrice.com

 

« Un roman pop, plein de charme désuet grâce à une écriture gonflée de bulles, emportée par son tempo claqué et imprévisible. Beaucoup d’empathie et de justesse dans cet hommage aux inadaptés, aux soiffards, à leurs errances et à leurs délires, à leurs chagrins, à ces quartiers qui disparaissent sous l’injonction du branché et de la rentabilité. Un livre truffé d’anecdotes qui sent furieusement le réel et vous donne finalement une jolie gueule des bois. […] Le Dernier jour du tourbillon, j’te kiffe j’te kiffe j’te kiffe j’te kiffe ! »

Olivier Hervé, blog l’Espadon

 

« Hors du temps et de pas mal de conventions, le Tourbillon, ce roman, est un lieu dans lequel il faut entrer avec curiosité et on en sort certes un peu alcoolisé et sonné mais aussi avec de la musique plein les oreilles et une dose de vitalité aventureuse en plus. Nostalgie? Oui. Mais l’envie de chercher un Tourbillon quelque part, aussi. »

La Livrophage (blog)

 

« C’est tout à la fois amusant et triste, avec un goût de nostalgie parfois et petit à petit la profondeur des personnages se dévoile ! C’est simple et complexe, comme les personnages et la vie, l’écriture est agréable et se déroule sans à-coups ! Au final, la boucle est bouclée. »

Isabelle Maurette

 

« Un des romans les plus hilarants de l’année. »

Lloyd Chéry, Le retour du mange livres, Métal Hurlant

 

« Une tragi-comédie éthylique et touchante à lire un verre de Get 27 à la main. »

Librairie Quai de Brumes, Strasbourg

 

« Le Dernier jour du Tourbillon est un roman qui célèbre les petits moments de la vie, les rencontres inattendues et les lieux qui sont témoins de nos joies et de nos peines. »

Corentin Lebigot – Bookstagram 

 

« L’ambiance de ce livre est chaude, joyeuse, et parfois émouvante à écouter les vies de ces personnages vivant dans l’estaminet “Le tourbillon” où Gus va se laisser entrainer. Des portraits haut en couleurs avec des parcours de vie abimées, cassées dont certains en font une force et d’autre vont la rêver. Rentrer dans ce Tourbillon vous fera voir des couleurs qu’on ne voit qu’au fond des bouteilles, sentir une chaleur qu’on ne ressent parfois que dans les coeurs d’ivrognes. »

Didier, Librairie des Pertuis

 

« Ce n’est pas seulement des histoires de piliers de bar, qui ont un côté attachant, c’est aussi un plaidoyer contre la gentrification du quartier, qui va subir « un cycle de requalification », au risque que le Tourbillon finisse en « cyclocafé littéraire »

wonder_geekette sur Instagram 

 

« C’est drôle, bien écrit, avec un joli vocabulaire, et quelques expressions vraiment pépites. Évidemment, on pense à Verre cassé, de Mabanckou. Et puis y a Boris Vian, en filigrane. Lecture parfaite si vous fêtez la fin du Dry January ! »

Radio Campus Tours, 99.5

 

« Des portraits sans complaisance, mais malgré tout avec beaucoup de tendresse. C’est bien écrit, beaucoup d’humour, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette découverte. »

Eireann Yvon, littérature d’Irlande, de Bretagne et d’ailleurs

 

« Il y a une vraie tendresse dans ce texte, envers les personnages […] et aussi envers une proximité qui n’existe plus dans les grandes villes que dans quelques quartiers délaissés par les touristes. […] C’est un roman qui se lit comme des chroniques du quotidien, au milieu des habitués, de leurs préoccupations. »

Sélectrice Blog, sur Instragram

 

« La galerie de portrait est jubilatoire, le style est décapant, le tout est livré avec une grosse dose d’humour dans une succession de scènes aussi cocasses qu’hilarantes. Un grand bon moment de lecture sans prise de tête, et bordel ça fait du bien ! »

emplire68 sur Instagram 

 

« Relativement court, ce roman doucement comique en profite pour en dire beaucoup sur nos vies, et construit avec ce huis-clos un environnement propice à la tendresse sans jamais les juger. […] Un roman très attachant que je garderai précieusement en souvenir de soirées mémorables. »

Black Novel 1, blog littéraire 

 

« J’ai adoré ce roman, haut en couleurs, pour l’histoire bien sûr mais aussi pour la qualité de l’écriture. Elle est enlevée, rapide, précise. L’auteur joue à merveille avec les mots et use d’un humour parfois grinçant. »

Genviève Munier, Mémo émoi, blog littéraire

 

« Nostalgique mais pas passéiste, ni c’était-mieux-avantiste, ce texte se déguste lentement, à l’inverse de ses héros qui ont tendance à accumuler les verres sans les apprécier pour leur goût -surtout les derniers- mais pour les sensations qu’ils procurent. Pour ce roman, on prend tout, la dégustation et les sensations. »

lyvres2yv sur Instagram 

 

« Ce roman est aussi une ode au temps qui passe, aux quartiers qui perdent leur âme avec des bars et des boutiques sans personnalité. Une très belle découverte. »

L’île aux 30 polars, chroniques littéraires

 

« La plume élaborée de Rodolphe Casso nous projette quelques heures dans Le Tourbillon. (…) Lire ce genre d’histoire de vie pourrait être déprimant mais l’auteur y mêle un humour incisif et des clins d’œil à notre société. Il y a une forme de critique impartiale où chacun et chaque chose en prend pour son grade. »

Mélo, Meli Melo De Lectures sur Instagram 

 

« Cette satire sociale est un régal, et évoque en nous le souvenir d’autres lectures comme « Le beaujolais nouveau est arrivé » de Renée Fallet ou le Paris populaire d’un Alphonse Boudard. »

JMG – Diaspora Galactique (blog)

 

« Une histoire en huit clos dans ce bar qui est le dernier rempart à la gentrification inexorable du quartier. Un moment hors du temps pour Gus et pour nous dans ce roman qui se laisse lire agréablement. Une histoire d’amitié, autour d’un verre, à se raconter des histoires et à s’aider à oublier le reste. »

Café noir et polars gourmands (blog)

 

« En ouvrant ce roman, je ne savais pas trop où il allait m’emmener. Mais je me suis laissée emporter dès les premières pages par le ton plein d’humour, les jeux de mots et l’écriture rythmée.[…] En tous cas, on se prend de sympathie pour ces personnages désœuvrés et seuls, qui trouvent amitié et chaleur humaine au Tourbillon. »

Carnet de lecture (blog)

 

« Un éloge nostalgique du bistrot dont la fin apporte une cohérence au récit. »

Pascal.B – Librairie de Port Maria à Quiberon

À propos de Rodolphe Casso

Né en 1977, Rodolphe Casso est auteur, musicien et journaliste dans les domaines de la culture et de l’urbanisme. Le Dernier jour du Tourbillon est son troisième roman.