Inscrivez-vous à notre newsletter

La presse en parle

couv-jesus-final

Jésus de Nazareth

De Paul Verhoeven

Collection : Hors collection

Retour à la fiche du livre

« Et le miracle, c’est que malgré tous ces blasphèmes, Jésus sort plus vivant et plus fort de ce brillant exercice d’impertinence » (ELLE, 17 avril 2015)

Elle

Cela fait des années que Paul Verhoeven souhaite réaliser un film sur Jésus. À la place il sort aujourd’hui un livre aux Éditions Aux Forges de Vulcain, une sorte de Nouveau Testament 2.0, comme nous l’avons appelé. Rencontre un grand monsieur.

L’entretien est ici.

 

VERHOEVEN fringale

« Paul Verhoeven prépare un film sur Jésus et, en attendant, publie un livre très documenté sur ce personnage, une véritable étude qui l’a tenu pendant vingt ans au sein d’un séminaire américain de théologiens et philosophes. On n’attendait pas ça de l’auteur de  Basic Instinct ou de Starship Troopers ! À travers cet essai, on voit se construire ce que serait son scénario, réaliste, frontal, sans miracles, athée, politique, nous présentant un Jésus dissident moral, résistant à l’occupation romaine, pacifiste mais tenté sur la fin par la radicalisation. Ça finit mal. » (la suite, ici)

« Verhoeven pose les questions essentielles, à savoir : en Occident vivons-nous depuis deux mille ans dans un gigantesque mensonge et les Evangiles nous ont-ils bernés à propos de Jésus et de la personne qu’il était réellement ? Cet ouvrage nous aide-t-il à reconstruire les fondations du christianisme ? » (Stéphane Loison, la suite ici…)

« Charismatique sans être surnaturel »

IMG_20150724_145117

Entretien dans Télérama du 10 février 2016.

AFDV - TELERAMA - JESUS 1

 

AFDV - TELERAMA - JESUS 2

 

AFDV - TELERAMA - JESUS 3

« Avec ce livre forcément polémique et subjectif, Paul Verhoeven prouve qu’il n’est assurément pas un théologien, mais reste un conteur hors pair, sans cesse guidé par la rationalité qui écarte à chaque fois le mystique. Un parti pris captivant. » (la suite, ici)

 

« Le résultat est un portrait férocement convaincant, doublé d’une réflexion acérée sur les stratégies marketing des évangélistes pour faire de ce rebelle un mythe. » (Marguerite Baux)

AFDV - JESUS - Lui

« A la limite, Jésus m’intéresse moins en lui-même que ses paraboles. Elles représentent la matière de ses idées, leur incroyable force pionnière.  » (suite de l’entretien, entre Chronic’art et Paul Verhoeven, ici)

« Oui, je veux le débarrasser de toutes les absurdités qui ont été écrites sur lui. Je veux dire aux gens que ce qu’ils croient n’est pas vrai. Je ne crois pas en Dieu, mais je suis un grand fan de Jésus. Comme je suis fan de Stravinsky, de Brian Ferry ou du groupe de métal Rammstein. » (La suite de l’entretien, ici)

 

 

PHILO MAG JESUS

« L’exercice, passionnant et agréable à lire car rédigé dans un style très accessible émaillé de traits d’humour bien sentis, livre une image certes peu banale, mais formidablement crédible de celui qu’on appelait le Fils de Dieu, mais qui, après tout, n’était qu’un homme. » (Mad Movies, mai 2015, page 84)

« Cela dit, l’hétérodoxe n’entend pas jeter le bébé avec l’eau du bain : ce n’est pas parce que Jésus, à ses yeux, n’est pas le fils de Dieu que le message qu’il porte n’est pas bon : l’image de Dieu en l’autre, la bonté vers laquelle chacun doit tendre. » (Sean James Rose)

JESUS - LH 2

« C’est passionnant. Moi, j’avais adoré le Royaume d’Emmanuel Carrère. Là, c’est la suite idéale.  » (Gorian Delpâture, à la 1440ème seconde de la matinale de 9h à 10h)

« Un regard différent, laïque et vulgarisateur, sur le plus grand personnage de l’histoire. »

VERHOEVEN in Carrefour

« Cette biographie, excellemment menée de bout en bout, débusque les contradictions comme les évidences, les invraisemblances comme les vérités les plus probables, et contribue à réfléchir sur ce qu’est devenu et ce que représente aujourd’hui le catholicisme. Il ne fait plus aucune doute que Paul Verhoeven a écrit un livre majeur parce qu’il rappelle tout simplement que « [l]‘image de l’homme que Jésus imagine ne peut devenir réalité qu’à partir de l’homme lui-même. » (Lilian Auzas, numéro 57, avril-mai 2015)

Lecture de morceaux choisis par Richard Gaitet, dans la Nova Book Box.

« Le cinéaste de 76 ans a fait énormément de recherches et participé à des séminaires théologiques érudits pour ce projet tombé à l’eau faute de capitaux… «N’étant pas croyant moi-même, j’ai essayé de démêler le vrai du faux entre les différents récits concernant Jésus. Toutes sortes de versions des faits sont disponibles dans les Ecritures, qui n’ont pas toutes été écrites à la même époque et dont aucune n’émane de témoins directs. Les évangiles, par exemple, ont été écrits quarante ans après la mort du Christ», explique-t-il. Ce qu’il révèle peut surprendre. Voire choquer. «Jésus n’était pas un dieu, mais un guérisseur et un meneur d’hommes», dit Paul Verhoeven. » (La suite, ici)

 

VERHOEVEN 20 minutes

« Ce livre est simplement fascinant. Il nous montre comment on peut grandir un être humain en lui retirant ses super-pouvoirs et en le montrant comme ce qu’il était sans doute, à savoir un rebelle prêt à tout pour permettre à son peuple de s’épanouir. » (la suite, ici)

« Si vous aussi, vous pensez que Starship Troopers est l’un des films les engagés des années 90, alors n’hésitez pas, jetez-vous sur ce livre qui n’est ni polémique, ni infamant, juste éclairant. Quel plaisir. » (La suite, ici)

« Verhoeven aborde Jésus d’un point vue historique, délaissant le mythe pour livrer une interprétation épurée de tout artifice. Il rend compte d’un individu fait de chair et d’os, charismatique certes mais pas aussi mystique que le laissent penser les Evangiles. » (La suite, ici)

« Accessible, érudit et passionnant. » (Gorian Delpâture)

« Le Jésus de Verhoeven est un homme et bien un homme. Au travers de la vision humaniste de son auteur, se dessine et se filme le portrait d’un rebelle, puni politiquement pour avoir voulu instaurer un ordre nouveau par le pouvoir en place. Un homme qui ne manque pas de lâchetés mais où celles-ci s’effacent devant la grandeur de la cause. Un supplicié qui peut être comparé tour à tour à Jean Moulin, Che Guevara, Bouddha ou tout simplement un honnête homme,un illuminé ou un terroriste. » (La suite, ici)

« Verhoeven ne cherche pas à faire chuter une idole – au contraire, comme il le dit souvent, il ne croit pas en Dieu, mais demeure un fan de Jésus – cet homme qui était porteur d’un idéal moral et politique. » (La suite, ici)

« Cela se lit comme une quête philosophique, mais aussi comme un roman policier avec ses indices et ses fausses pistes, mais aussi et peut être surtout ça s’étudie comme une formidable bible du storytelling : l’art de raconter une bonne histoire. Et quelle meilleure histoire que celle du nouveau testament, un texte fondateur mais dont les sources s’avèrent souvent contradictoires, la plupart des auteurs des évangiles n’ayant en fait jamais connu Jésus puisqu’ils ne sont pas contemporains du Christ! » (Séverine Godet)

« On se plonge dans le texte presque comme dans un roman, on consulte les notes avec attention et on est saisi par les comparaisons (parfois très fortes) dont use l’auteur. Jésus n’est plus un surhomme d’origine divine, inaccessible et mystérieux, mais devient petit à petit un homme de chair et de sang, un homme de son temps, à l’opposé de l’image qui subsiste de lui de nos jours. » (La suite, ici)

« Ce qui m’a particulièrement ravi est le métier de cinéaste qui prend souvent le dessus, il est souvent question de mise en scène de la vie de l’enfant prodige de Galilée sous la forme d’un story-board d’un film en devenir . Si ce dernier venait à être réalisé, ça enverrait du pâté – je serais curieux de voir comment est gérée la partie homoérotico-mystique de Jésus avec un jeune homme. » (Le Tigre)

« Respectant son sujet, son personnage et sa propre quête de vérité il trace (loin de la prose scandaleuse facile) le portrait sensible d’un homme inspiré aspiré par le courant ascendant de l’histoire et pose les bases du scénario d’un film qu’il reste à réaliser ! » (Thierry Jolif, Unidivers)

« La thèse du réalisateur néerlandais est de désacraliser le personnage de Jésus et de ne plus en faire un saint ! Toutes les grandes scènes racontées dans les Evangiles puis dans les films sont remises en cause : Verhoeven ne croit pas aux miracles et Jésus perd ainsi toute sa dimension christique. Il est le fruit de la concupiscence, il ne multiplie pas les pains, il ne marche pas sur l’eau, il ne crée pas l’abondance du poisson, il ne guérit pas les malades, ne réveille pas les morts, il ne ressuscite pas non plus ! Pire, il a parfois mauvais caractère (rivalisant avec Jean-Baptiste) et il aurait pour finir des penchants homosexuels. » (la suite, ici)

« Au final, j’ai trouvé ce livre très intéressant et je le recommande à tous ceux qui aimeraient des éclaircissements sur la vie de Jésus si on le considère comme un homme « normal » dans un monde réaliste. » (Christopher Guyon, Oblikon)

« Enfin, l’accueil a été très bon, de la part de tous les gens qui connaissaient Verhoeven. En un sens, ils attendaient ce livre pour pouvoir à nouveau crier au monde leur amour de ce cinéaste dont l’oeuvre, en France, est peu à peu réévaluée: on se rend compte que ses films sont de grands films, des classiques, et non pas des machines hollywoodiennes décérébrées. » (Entretien avec l’éditeur français du livre, David Meulemans. La suite, ici.)