Inscrivez-vous à notre newsletter
Aux forges de Vulcain » Nos collections » Fiction » Un rêve de John Ball
un-reve-de-john-couv

14.90 €

Loading

Un rêve de John Ball

De William Morris

Collection : Fiction


Résumé

Vers la fin du XIXe siècle, un conférencier socialiste s’endort. Divagant, promenant son esprit jusque dans la belle campagne anglaise du XIVe siècle, il rencontre quelques paysans, un ancien soldat, un prêtre rebelle. Ces hommes sont prêts à se battre ; mais, cette fois, ce ne sera pas pour leurs seigneurs, mais contre eux. John Ball, le curé qui sert de guide à ces rebelles, résume la pensée de tous en quelques mots : « Quand Adam bêchait et qu’Eve filait, où était alors le gentilhomme ? ». À leur manière, chacun de ces deux hommes se retrouve perdu dans un monde qui ne lui correspond pas. La discussion entre ces deux révoltés, portés par le même amour des hommes, se prolongera toute la nuit.

Rêverie fantastique, nouvelle, traité philosophique, manifeste politique : Un rêve de John Ball, de l’écrivain, artiste, entrepreneur et militant William Morris (1834-1896) est tout cela à la fois. Il accompagne son lecteur dans un voyage onirique étonnant, mêlant aventures et réflexion, et qui s’achève sur un désir : celui de connaître « une lutte pleine d’espoir et une paix sans tâche, c’est-à-dire, en un mot, la vie ».


Informations

  • Genre : Roman
  • 101 pages
  • Format : 13 x 20 cm
  • ISBN : 9782953025989
  • ISSN : 2101-7697
  • Titre original : A Dream of John Ball
  • Traduction : Marion Leclair
  • Présentation : Joël Chandelier
  • Illustration : Noemi Schipfer : Le cerveau

À propos de William Morris

William Morris (1834-1896) fut imprimeur, poète, écrivain, peintre, conférencier, dessinateur, architecte et activiste socialiste. Le Lac aux îles enchantées (1897) fait partie de ses derniers ouvrages, qui ont durablement influencé la littérature fantastique anglaise.

A lire aussi, un autre entretien, avec le même David Meulemans, pour le magazine Histoire et images médiévales, qui souligne davantage le caractère paradoxal de l’oeuvre de Morris, qui se tourne à la fin du XIXème siècle vers la littérature allégorique, alors que l’esprit de son temps semble se tourner vers le naturalisme.

Extrait

« Puis John Ball reprit la parole, et dit, « En vérité, je suis sûr que vous savez aussi bien que moi ce que nous avons à faire – et en premier lieu, que nous devons agir – car celui qui est solitaire ou prisonnier peut rêver de la compagnie des hommes, mais celui que des compagnons entourent doit agir au lieu de rêver […] ».